REXpédition

La Belle Bruges

DSC 0863 1024x683 - La Belle Bruges
On part direct sur un truc assez canon

Je m’ennuyais à Paris et je cherchais une destination où partir quelques jours en solo (oui, encore). Pittoresque, romantique, charmante et cultivée : Bruges s’est imposée à moi. Il fallait que je la rencontre.

J’ai donc passé 3 jours dans cette ville féérique dont les paysages n’ont rien à envier à notre Alsace nationale (comment je le saurais, je n’y suis jamais allée). Laisse-moi te raconter ce périple.

 

Day 1 : Petit mais joli

 

DSC 0873 1024x683 - La Belle Bruges
Ne vous laissez pas berner, le ciel n’est resté bleu que 2 jours

Pour me rendre à Bruges, j’ai choisi l’option la moins chère mais pas la plus simple. Partie de Gare du Nord (déjà, merci) j’ai dû prendre 3 trains. Ce qui aurait pu être sympa – j’aime bien le train – si je n’avais pas omis un détail : on n’est pas à Bruxelles, les gens ne parlent pas français. Me voilà donc, la frontière passée, face à des panneaux en néerlandais et à deux doigts de me tromper de train.

C’est aussi ça, l’aventure.

Arrivée à Bruges, je me remets de mes émotions en découvrant la ville, valise en main, pour retrouver mon airbnb. Place du Marché, Beffroi, Hôtel de Ville… En 20min, je me rends compte que j’ai eu le temps de traverser quasi tout Bruges. C’est petit.

DSC 0720 2 683x1024 - La Belle Bruges
Belle de nuit comme de jour

Valise posée, c’est parti pour les choses sérieuses. Direction Chocostory, un lieu interactif où je découvre des sculptures en chocolat et une démonstration de fabrication. Lorsqu’on me fait goûter le chocolat belge, je me sens enfin en vacances.

Pour finir la journée, je fais une balade le long du Quai du Rosaire et je découvre des paysages magnifiques faits de petits ponts fleuris. Je suis dans un tableau impressionniste (ou dans un paradis instagramable). Je vois des gens faire des tours en péniches et je pense « qu’ils sont cons, ces touristes ». Mais je sors de Chocostory, alors je me calme.

Je finis d’être éblouie au Lac d’Amour et je me dis que ce voyage promet d’être beau.

 

Day 2 : La culture du ventre

 

DSC 0739 2 1024x683 - La Belle Bruges
Élu le musée le plus affamant de la région

Au réveil, je me dirige vers un incontournable de Bruges : le Musée de la Frite. C’est le seul au monde à retracer l’histoire de la culture de la pomme de terre. Contre toute attente, le lieu se révèle intéressant, documenté et sérieux. Je le recommande juste avant le déjeuner, pour s’ouvrir l’appétit.

DSC 0773 2 1024x683 - La Belle Bruges
Ici, on a le droit de boire à 10h du mat’

Pour digérer, je peux compter sur le Musée de la Bière. Sans doute le plus beau musée que j’ai visité à Bruges (en même temps je n’ai pas vraiment fait le Musée des Beaux-Arts, comme tu le remarques). L’expérience se vit via les 5 sens : goûter la bière, sentir la bière, toucher la bière… Une dégustation est proposée à la fin de la visite. Je n’ai pas opté pour l’offre « musée + 5 bières offertes » (toute seule à 11h, fallait pas abuser), mais j’ai siroté ma petite ambrée pour seulement 2,50 euros.

Après tout ça, j’ai un peu faim. Je teste les frites de Chez Vincent, réputées pour être les meilleures de Bruges. Mon palais m’indique qu’elles sont effectivement très bonnes. C’est aussi l’occasion de découvrir l’une des seules spécialités végétariennes : les croquettes au fromage. Mon estomac et moi, on valide.

L’après-midi sera plus chic. Je me rends au Musée du Diamant et j’y découvre la technique du polissage, née à Bruges il y a un demi-millénaire. J’ai même droit à une démonstration. Voir un diamant se faire polir, c’est certainement une expérience que je conseille.

DSC 0842 1024x683 - La Belle Bruges
Est-ce qu’on peut tomber amoureux d’un lieu ?

L’ambiance pittoresque de Bruges, ce sont les calèches, les vélos, les cygnes, les vitrines de Noël (en septembre). Pour compléter le tableau, je me dirige vers le Béguinage : lieu de vie de femmes célibataires au 13ème siècle. Aujourd’hui habité par des religieuses, il se visite dans le calme et le respect. Charmant, forcément.

C’est ainsi que je termine cette 2ème journée : imprégnée de l’atmosphère unique de Bruges.

 

Day 3 : Les adieux

 

DSC 0608 1024x819 - La Belle Bruges
Pas vraiment dégueu, l’architecture

Moins typique, je commence ma dernière journée par un brunch. Direction That’s Toast pour – tu t’en doutes – des toasts, tous plus appétissants les uns que les autres. Sur la route, je tombe sur un marché et me dis « quel hasard » avant de comprendre que je me trouve… sur la Place du Marché. Ne fais pas comme moi, renseigne-toi sur les évènements de la ville que tu visites.

Pour finir le séjour, je décide de visiter le Musée du Folklore. Ma découverte sera… surprenante. Désigné par moi-même comme le musée le plus flippant d’Europe, il raconte le quotidien des Brugeois d’antan, entre décors reconstitués et statues de cire. Inhabituel.

Pour me remettre de mes émotions, j’en profite pour passer devant le Moulin Saint Jean dont j’ai tant entendu parler. L’un des derniers moulins historiques de la ville, trésor national… n’est somme toute qu’un moulin. Mais ce sera l’occasion de me promener dans le quartier de Kruispoort en profitant des dernières gouttes de pluie avant le départ.

DSC 0903 1024x683 - La Belle Bruges
Je ne suis pas la seule à apprécier le parc

Puisqu’on parle du départ : comme d’habitude, j’ai pris de l’avance sur mon planning. Je me retrouve valise en main, à me demander comment je vais bien pouvoir m’occuper. C’est l’occasion de te parler d’un de mes coins favoris pour chiller : le Parc Arentshof, à proximité du centre-ville (comme pratiquement toute la ville). Ce petit havre de paix m’a accueilli plusieurs fois par hasard lors de mon séjour et ici que je suis retournée tuer le temps.

DSC 0797 683x1024 - La Belle Bruges
De la nature oui, mais surtout de la bière

J’en ai aussi profité pour faire un peu de shopping, ce qui n’est pas compliqué car Bruges est composée à 85% de magasins de souvenirs (j’ai inventé ce chiffre). Enfin, j’ai fait mes adieux à la ville en prenant une dernière bière au De Halve Maan, la plus vieille taverne de la ville où se fabrique également la bière locale : la Brugse Zot. Le lieu est également un musée mais cette fois, j’ai décidé de ne profiter que de l’alcool.

Finalement, je me dirige vers la gare. Je suis émue, un peu triste. Mon foie est rassuré.

 

Bruges te plaira si…

 

Tu aimes les musées (je n’ai pas fait les plus sérieux mais la ville est riche de culture).

Tu ne crains ni les touristes ni les magasins de souvenirs.

Tu aimes l’architecture, surtout quand elle te donne l’impression d’être dans un film Disney.

Tu n’as pas le mal de mer.

Tu n’es pas au régime.

DSC 0925 1024x683 - La Belle Bruges
La légende dit que tu peux méditer en regardant cette photo

Verdict : Comme tu le devines, j’ai adoré Bruges. La ville se visite rapidement et facilement, elle est belle, intéressante et dépaysante.

 

Le savais-tu ? Version Bruges

 

  • On pense que la ville tient son nom de ‘bridge’. Normal, Bruges ne compte pas moins de 80 ponts.
  • Selon le Musée de la Frite, la patate est un excellent remède aux maux d’estomac, au diabète, aux brûlures et aux cernes. Mieux que tous tes antibios.
  • Daan Vernaillen a battu en 2014 le record de la cuisson de frites : 125h. Tu fais quoi toi, en 5 jours ?
  • Bruges fourmille de cygnes, vous trouvez ça joli ? La légende raconte qu’il s’agit d’une vengeance d’un empereur tyrannique pour punir les Brugeois de leur rébellion.

 

Articles similaires :

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.